Crédits photo : Photo : Patrice Didier

Premières vendanges : entre fébrilité et enthousiasme

Signe que la vie de vigneron est de plus en plus attirante au Québec, de nouveaux vignobles voient le jour officiellement cette année dans la région. Alors que les vendanges 2020 s’apprêtent à débuter partout dans Brome-Missisquoi, les jeunes vignerons carburent à l’espoir et la fébrilité. Justine Therrien de la Maison Agricole Joy Hill à Frelighsburg et Zaché Hall du Domaine L’Espiègle à Dunham répondent à nos questions.

1- Les vendanges, cela représente quoi pour vous comme vigneron?

Justine : C’est l’aboutissement de 4 ans de travail. C’est à la fois la grande récompense et le moment pour le plus stressant de la vie de vigneron!

Zaché : C’est une grosse étape qui va nous permettre de valider notre terroir. Puisqu’on a un beau millésime dans le champ, on espère réussir à produire quelque chose de très bien en cave.

2- Entre l’espoir, la fébrilité et le stress, comment décrivez-vous votre état d’esprit?

Justine : Beaucoup de stress, car avec la grève des débardeurs du Port de Montréal, on accuse du retard dans la livraison des cuves. Or nous sommes également très confiants et enthousiastes avec le bel été qu’on a eu et qui promet une belle vendange.

Zaché : Toutes ces émotions! Surtout le stress, car nous sommes dans une course contre la montre pour terminer les travaux dans le chai et que nous attendons aussi de l’équipement bloqué au port. D’un autre côté, ça augure bien avec des raisins sains avec une saison généralement sèche.

3- Votre plus grand défi pour les vendanges 2020?

Justine : Le défi est de tout faire en même temps. Entre les vendanges, les vinifications et le travail de protection hivernale dans le champ, ce seront de très grosses semaines!

Zaché : Pour nous, ça va être de trouver un rythme de travail compte tenu qu’il nous manque des équipements. La bonne nouvelle, c’est la main d’oeuvre abondante avec plusieurs travailleurs du milieu artistique qui viennent nous donner un précieux coup de main!

https://www.instagram.com/p/CExZsA4HSVY/

4-  Ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans la vie de vigneron?

Justine : Il y a trop de choses que j’aurais voulu savoir! En gros, ne pas être trop pressée et prendre le temps de connaître ma terre!

Zaché : Que la vie de vigneron, ça prend le contrôle de toute ta vie! Une chance que je suis workaholic!

5- Quelques primeurs sur votre millésime 2020?

Justine : Lorsque nous serons à plein potentiel, nous produirons autour de 9 cuvées par années. Pour nos premières vendanges, je peux déjà vous parler d’un rouge en macération carbonique en cuve de béton, d’un Pet nat de riesling et d’un blanc tranquille de Grüner Veltliner. Le reste, ce sont des surprises!

Zaché : Nous prévoyons faire un rouge en vinificaton traditionnelle bourguignonne avec du pinot noir. On va aussi se lancer dans la méthode traditionnelle avec le chardonnay, le pinot meunier et le pinot noir. Plusieurs décisions seront prises au dernier instant, car nous travaillons avec ce que la nature va nous donner!

6- Sur une note plus légère, quelle est LA chanson qui représente bien l’esprit des vendanges?

Justine : Piste 1 de Galaxie pour l’énergie qu’elle dégage! On va en avoir besoin!

Zaché : J’écoute des balados en travaillant! Ces temps-ci, je suis accro à I’ll Drink To That! dans lequel on propose des entrevues avec de vieux routiers du métier de vigneron. J’aime avoir ce genre de perspective sur l’évolution dans le temps de notre industrie.

7- Le repas idéal du vendangeur serait composé de quoi?

Justine : On va manger des légumes biologiques locaux parce qu’on est entourés de supers maraîchers dans la région, sans oublier le célèbre agneau de la Ferme du Haut-Vallon à Frelighsburg.

Zaché : Ici, on ne se passe pas des poutines de la Brasserie Dunham. On compte également nourrir les vendangeurs avec les légumes de notre potager maison!

Par : Elizabeth Ryan et Steven Fortin de Sommelier Nordiq

Sommelier Nordiq carbure à la passion des vins et cidres québécois. C’est le projet de vie du duo formé par le sommelier Steven Fortin et la journaliste Elizabeth Ryan. Ensemble, ils parcourent les vignobles du Québec pour raconter l’histoire de nos vignerons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *