Récit d’une vigneronne d’un jour

Dimanche dernier, par un beau matin frais et ensoleillé, j’ai pris la route de Sutton. J’avais rendez-vous à 8 h 45 au Vignoble Domaine Bresee pour une journée de vendanges au grand air. Malgré une entorse à la cheville fraîche de la veille, pas question d’annuler : trois ans après avoir déménagé sur la Route des Vins de Brome-Missisquoi, il était plus que temps que je mette les pieds dans un vignoble, même en béquilles!

Me voilà donc clopinant du stationnement à l’accueil avec une cinquantaine de personnes, aussi charmées que moi à l’idée de devenir vignerons d’un jour et motivées à battre le record de la veille : ramasser l’équivalent de 3 940 bouteilles. Rien de moins! Munis de nos cisailles, nous suivons donc Richard et sa blonde Nathalie à l’entrée du premier rang, où des chaudières vides sont installées à bonne distance les unes des autres, COVID oblige. Cela n’entame en rien la bonne humeur générale et, après quelques recommandations d’usage sur la coupe du raisin, chacun se met au travail. Certains côte à côte et en silence, d’autres de chaque côté d’un même pied de vigne pour pouvoir placoter.

On est chanceux : il a gelé durant la nuit et les feuilles de vigne se sont rétractées. Les grappes sont donc plus accessibles, ce qui facilite la coupe. Objectif du jour : vider un maximum de rangs de Sainte-Croix, un raisin rouge qui sera utilisé pour produire un blanc de noirs. D’ici une à deux semaines, plus mûr et plus riche en tanins, il sera prêt pour le rosé et le rouge. En attendant, le meuglement énergique des vaches nous rappelle de maintenir la cadence : une fois le travail terminé, elles pourront enfin venir brouter l’herbe au pied des vignes!

Il fait bon vivre au Domaine Bresee. Ici, tout est affaire de famille et l’ambiance s’en ressent. La grand-mère, la tante et les filles tiennent le fort; les garçons passent en voiturette ramasser les chaudières pleines; Nathalie circule dans les rangs pour veiller à ce qu’on ne manque de rien et répondre aux questions; Richard, lui, supervise l’ensemble de l’œuvre. Le sourire aux lèvres, ils sont heureux de nous accueillir chez eux et de nous faire partager leur passion. Si vous faites un arrêt à la boutique, on vous racontera même l’histoire des différents vins, tous nommés d’après les enfants Bresee : Vanessa, Mckenzie, Parker et Gavin.

Le temps file rapidement et, après un bon dîner au soleil, on s’attaque déjà aux derniers rangs. Habituellement, 150 journaliers participent aux vendanges lors de deux week-ends de corvée. La pandémie a malheureusement forcé Richard à revoir ce nombre à la baisse… Il a donc décidé d’investir dans une machine pour combler le manque à gagner et cueillir le raisin que son équipe et ses bénévoles n’arrivaient pas ramasser depuis deux ans. Cette semaine, elle va passer entre les rangs et collecter en 20 minutes l’équivalent du travail quotidien de quatre personnes. Ce gain de productivité notable ne signe toutefois pas la fin de la cueillette manuelle et des vendanges publiques : garder le contact avec le fruit et la communauté n’a pas de prix, sans compter que l’expérience humaine partagée ensemble est irremplaçable!

Heureuse et fourbue, j’ai quitté le vignoble vers 15 h après avoir rempli six chaudières de raisin. Une bouteille de rouge dans mon sac, j’ai traîné la patte jusqu’à l’auto. J’avais certes la jambe lourde, mais je serais surtout bien restée flâner encore un peu dehors au coin du feu.

Plus tard ce soir-là, j’ai reçu un chaleureux message de Nathalie : nous avons récolté l’équivalent de 3 400 bouteilles! Cela représente 18 chaudières de moins que la veille, mais nous étions cinq travailleurs de moins… Elle conclut en me remerciant de ma précieuse collaboration et en écrivant « Super journée! » Je me couche un léger sourire aux lèvres, le sentiment du travail accompli.

Par : Élodie Malroux

Commentaires

  1. Mariotti Bernard dit :

    Tu nous cache les bonnes adresses, à notre prochaine visite nous dégusterons j’espère une bouteille de ce cru. Bises et félicitations à toute l’équipe des vignerons
    Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *